Avertir le modérateur

01/05/2007

Il est mouru Versac

(Tout est presque faux, mais tout aurait pu être presque vrai)

 

medium_versac.2.jpgLe corps de Nicolas Vanbremeersch, plus connu sous le nom de Versac, a été retrouvé dans les toilettes du Pavillon Baltard, un bar du 1er arrondissement de Paris, la bouche remplie de bulletins de vote au nom de François Bayrou. Selon les premières constatations des enquêteurs, la victime aurait été obligée d’ingérer de force ces bulletins, ce qui aurait fini par l’étouffer.


Les faits se seraient produits durant la République des Blogs, soirée mensuelle organisée par Versac rassemblant notamment des blogueurs politiques. Mais avec plus de 3000 participants pour cette dernière édition fatale à son organisateur, les suspects sont nombreux. D’autant plus que depuis plus d’un an, Nicolas Vanbremeersch suscitait de plus en plus de jalousies dans le monde des blogs et de la politique. Depuis en fait, ce jour d’avril 2006 où un classement l’avait installé en tête des blogs les plus influents.


Le blog de Versac traitant essentiellement de politiques, ses adversaires avaient mis ce résultat sur le compte de l’élection présidentielle. Sauf que ce classement s’est confirmé au cours des mois qui ont suivi. Ses détracteurs ont eu beau clamer que Versac continuait de bénéficier des législatives puis des municipales, le blog en question n’a jamais été détrôné depuis.


C’est aussi à partir de cette date que son auteur a pris une place de plus en plus importante dans le paysage politique français. Une sorte d’Antoine Pinay « next generation ». Il ne se passait pas une semaine sans qu’un membre de la coalition centro-gaucho-gaulliste au pouvoir, ne vienne s’entretenir avec lui pour avoir son avis sur les réformes à faire. Au point que tous les grands accords entre les partenaires sociaux ont également été ratifiés par Versac, sa signature étant le garant d’une certaine stabilité dans l’opinion publique.


De fait, depuis que Nicolas Vanbremeersch a été associé aux décisions de l’Etat, aucune manifestation ou grève ne s’est produite dans le pays, la croissance est repartie, le chômage a baissé, le pouvoir d’achat a augmenté, la consommation des ménages est repartie, plus aucune voiture n’a été brûlée en banlieue, le PSG est champion de France, Céline Dion a arrêté de chanter, Alain Duhamel a pris sa retraite…


C’est aussi sûrement grâce à lui que la France est désormais en tête des pays les plus blogueurs, passant devant les Etats-Unis en quelques mois seulement. Pour le remercier, le gouvernement venait d’ailleurs de décider de verser à Versac, un euro par page de blog consultée. Ces derniers temps, il se murmurait que Bill Gates était entré en contact avec lui pour reprendre les rênes de Microsoft. Steve Jobs d’Apple ayant fait la même démarche.


On comprend que cette success-story ait créé des jalousies, notamment chez les autres blogueurs qui ne sont jamais parvenus à un tel degré d’influence. Sur la scène du crime, les policiers ont trouvé quelques indices : une casquette de capitaine de frégate, une bague avec une tête de renard ou encore un code pénal. La victime aurait eu le temps de griffonner un mot sur la porte des toilettes avant de succomber. Il aurait écrit : « LLM ne m’a pas technorater ». Les policiers cherchent actuellement à comprendre la signification de ce message.


David Carzon

14/02/2007

Je dis pour qui je vote donc je suis

L’heure est au coming-out politique. Christophe Ginisty a annoncé qu’il voterait Bayrou à la présidentielle. Qui est Christophe Ginisty me direz-vous ? Et vous avez raison. Christophe Ginisty fait partie de ceux qu’on appelle les barons blogueurs, avec les Le Meur, Gloagen, Clément et autres Vinvin. Ils sont la partie immergée de l’iceberg « blog ». Pas spécialement les plus représentatifs, mais ce sont ceux dont les médias parlent le plus, et à quelques-uns ils finissent - à leur corps défendant ou pas - par parler pour tous les autres. Alors quand il y en a un qui lève le doigt, on a l’impression que c’est toute la blogosphère qui agite les bras.


Chez les « Barons », en tout cas, l’heure est à l’affichage de ses convictions politiques. Dans un post argumenté, Christophe Ginisty (patron de l’agence La Rumeur Publique, du site Pointblog et organisateur du festival de la création sur internet à Romans) explique donc pourquoi il choisit le camp centriste. Au-delà de l’adhésion au positionnement » et au « courage » politique de François Bayrou dans cette campagne, Christophe Ginisty loue une qualité du candidat, pourtant décriée un peu partout : son programme et sa lisibilité sur internet. « J'ai pu trouver facilement les réponses à mes interrogations et ainsi prendre une décision », écrit Ginisty. Il est vrai que dans les médias traditionnels, on ne parle et ne fait parler Bayrou que sur sa critique des médias, oubliant d’évoquer son programme.


Pour le moment, les réactions à ce coming-out sont au mieux positives, au pire compréhensives. A retenir toutefois ce commentaire malicieux qui lui demande pour qui il va voter au second tour.


Rien à voir avec ce qu’avait déclenché Loïc Le Meur, il y a quelques mois, quand celui-ci avait déclaré sa flamme électorale à Nicolas Sarkozy, provoquant des réactions allant d’un extrême à l’autre. Pour Le Meur, cette prise de position publique est naturelle. Il donne souvent l’exemple américain où explique-t-il « les gens affichent pour qui ils vont voter sur leur plaque d’immatriculation ».
Ce que ne dit pas Christophe Ginisty dans sa note, c’est ce qui l’a poussé à se dévoiler à la face du monde (des blogs). « Ca ne changera pas la face du monde mais au moins cela me permettra de participer à la campagne en toute transparence », avait-il juste explique dans une note précédente.


Transparence, le mot est lâché. Si Christophe Ginisty préfère jouer cartes sur tables pour s’investir dans la campagne de manière franche, c’est son droit. Toutefois, c’est aussi au nom de la transparence qu’on demande tout et n’importe quoi aux blogueurs. Comme d’exiger – je pèse mes mots - de Versac qu’il commente le ralliement de Christian Blanc au candidat de l'UMP au motif qu’il a été proche un temps de l’ancien patron d’Air France. Comme si cela pouvait expliquer, par ricochets, le pourquoi du soutien de Blanc à Sarkozy.


La transparence ne peut fonctionner que dans un sens. C’est au blogueur de décider où il place le curseur, de dire ou non pour qui il vote, combien il gagne. En tout cas, il sera intéressant de voir si d’autres blogueurs suivent ce mouvement. Versac veut inaugurer le journal de ses hésitations, Embruns regarde ça ou ça d'un oeil plus ou moins critique...

David Carzon

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu