Avertir le modérateur

01/05/2007

Il est mouru Versac

(Tout est presque faux, mais tout aurait pu être presque vrai)

 

medium_versac.2.jpgLe corps de Nicolas Vanbremeersch, plus connu sous le nom de Versac, a été retrouvé dans les toilettes du Pavillon Baltard, un bar du 1er arrondissement de Paris, la bouche remplie de bulletins de vote au nom de François Bayrou. Selon les premières constatations des enquêteurs, la victime aurait été obligée d’ingérer de force ces bulletins, ce qui aurait fini par l’étouffer.


Les faits se seraient produits durant la République des Blogs, soirée mensuelle organisée par Versac rassemblant notamment des blogueurs politiques. Mais avec plus de 3000 participants pour cette dernière édition fatale à son organisateur, les suspects sont nombreux. D’autant plus que depuis plus d’un an, Nicolas Vanbremeersch suscitait de plus en plus de jalousies dans le monde des blogs et de la politique. Depuis en fait, ce jour d’avril 2006 où un classement l’avait installé en tête des blogs les plus influents.


Le blog de Versac traitant essentiellement de politiques, ses adversaires avaient mis ce résultat sur le compte de l’élection présidentielle. Sauf que ce classement s’est confirmé au cours des mois qui ont suivi. Ses détracteurs ont eu beau clamer que Versac continuait de bénéficier des législatives puis des municipales, le blog en question n’a jamais été détrôné depuis.


C’est aussi à partir de cette date que son auteur a pris une place de plus en plus importante dans le paysage politique français. Une sorte d’Antoine Pinay « next generation ». Il ne se passait pas une semaine sans qu’un membre de la coalition centro-gaucho-gaulliste au pouvoir, ne vienne s’entretenir avec lui pour avoir son avis sur les réformes à faire. Au point que tous les grands accords entre les partenaires sociaux ont également été ratifiés par Versac, sa signature étant le garant d’une certaine stabilité dans l’opinion publique.


De fait, depuis que Nicolas Vanbremeersch a été associé aux décisions de l’Etat, aucune manifestation ou grève ne s’est produite dans le pays, la croissance est repartie, le chômage a baissé, le pouvoir d’achat a augmenté, la consommation des ménages est repartie, plus aucune voiture n’a été brûlée en banlieue, le PSG est champion de France, Céline Dion a arrêté de chanter, Alain Duhamel a pris sa retraite…


C’est aussi sûrement grâce à lui que la France est désormais en tête des pays les plus blogueurs, passant devant les Etats-Unis en quelques mois seulement. Pour le remercier, le gouvernement venait d’ailleurs de décider de verser à Versac, un euro par page de blog consultée. Ces derniers temps, il se murmurait que Bill Gates était entré en contact avec lui pour reprendre les rênes de Microsoft. Steve Jobs d’Apple ayant fait la même démarche.


On comprend que cette success-story ait créé des jalousies, notamment chez les autres blogueurs qui ne sont jamais parvenus à un tel degré d’influence. Sur la scène du crime, les policiers ont trouvé quelques indices : une casquette de capitaine de frégate, une bague avec une tête de renard ou encore un code pénal. La victime aurait eu le temps de griffonner un mot sur la porte des toilettes avant de succomber. Il aurait écrit : « LLM ne m’a pas technorater ». Les policiers cherchent actuellement à comprendre la signification de ce message.


David Carzon

06/12/2006

Zazon, ze film

Dans la série d'articles sur les blogs que je publie cette semaine dans 20 Minutes, il y a une info qui mérite qu'on revienne dessus un instant. Bien connue pour ses caméras cachées pleines de poésie, Zazon nous  annoncé qu'elle a tourné un film entre Paris et le Vietnam et qu'elle compte le mettre en ligne par épisodes au début de l'année prochaine.medium_ZAZON_CASTRO.jpg

«Cela s’appelle ”Are you Bouddha ?”, nous a-t-elle expliqué. C’est l’histoire d’une attachée de presse stressée qui découvre le bouddhisme et qui part à la recherche de Bouddha. Je suis en train de finir le montage et sera diffusé en février. Je cherche en ce moment à le monétiser. Au cinéma, il y a une pression énorme et les petits films ont des vies ingrates par rapport aux grosses productions. C’est pour cela que mon film autoproduit, je n’ai pas envie de m’épuiser à le sortir dans deux salles au bout de deux ans d’efforts et de négociations.»

Moi, perso, j'ai très envie de voir ça alors j'espère que les mecs qui ont du pognon à foutre dans une expérience nouvelle et intéressante, vont y aller. Car la question cruciale est de savoir si un tel film a une vie sur internet et non d'anticiper le buzz marketing auprès des leaders d'opinion. Nous sommes dans une période de défrichage et ceux qui prennent des paris sur l'avenir méritent aide et attention. A 20 Minutes, nous recevons des mails de personnes qui nous disent : «J'ai une super idée, j'ai besoin d'argent, aidez-moi à me faire connaître pour en trouver.»

Et puis, il y les gens comme Zazon qui font des choses par eux-mêmes, qui prennent des risques en concrétisant d'abord ce qu'ils ont dans la tête avant de se poser la question de l'argent. Question inévitable bien sûr  à un moment ou à un autre. Mais celui qui se fabriquera son identité avant le reste aura toutes les chances de conserver sa liberté artistique quand les financiers commenceront à lui renifler le derrière.

Alors en attendant le film, autant se faire un petit plaisir avec un classique de Zazon.

David Carzon

12:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : zazon, blogs, 20minutes, film

26/09/2006

Il est mouru Loïc Le Meur

(Tout est presque faux mais tout aurait pu être presque vrai)

 

Une mort, c’est toujours triste, mais quand même mourir d’avoir joui trop fort, ça a de la gueule. C’est ce qui est arrivé hier soir à Loïc Le Meur, chef d’entreprise devenu le pape des blogs en France, lors d’une soirée privée organisée au siège de l’UMP avec quelques amis journalistes et blogueurs (tout cela est presque un pléonasme désormais) de Nicolas Sarkozy, président du parti majoritaire et candidat à l’élection présidentielle.

 

Et on peut dire qu’il y avait du beau monde : Jean-Pierre Elkabbach (Europe 1), Florence Muraciole (Le Journal du Dimanche), l’ensemble de la rédaction en chef du Parisien, Jean-Claude Dassier (LCI), Claire Chazal, Etienne Mougeotte et Patrick Le Lay (TF1), Arnaud Lagardère (Hachette), et beaucoup, beaucoup, beaucoup, beaucoup d’autres. L’objet de la soirée était de rassembler tous les relais d’opinion du candidat Sarkozy avant de se lancer dans la bataille de la présidentielle.

 

L’accident est survenu au cours de la discussion entre le candidat et ses convives. Comme d’habitude, Loïc Le Meur était assis au pied de son maître, en train d’écouter la bonne parole. Grâce à plusieurs témoignages, nous avons pu reconstituer la discussion.

 

  • Dis moi Nicolas, penses-tu que les résultats de l’élection soient pliés et que tu vas gagner à coup sûr, toi qui est si intelligent, toi qui peut sauver la France ? s’interroge Jean-Pierre Elkabbach avec son objectivité habituelle.
  • Non, mon ami Jean-Pierre, répond Nicolas Sarkozy. Rien n’est encore joué. C’est pour cela que j’ai besoin de vous tous, pour faire passer mes idées, convaincre les Français. Et accessoirement, empêcher mes concurrents d’occuper l’espace médiatique.
  • Tu peux compter sur nous, Nicolas, intervient Arnaud Lagardère.
  • Mais Nicolas, demande Claire Chazal, tu penses que ça suffira ? Peut-être que ça va se voir si on en fait trop pour toi ?
  • Oui Claire, c’est vrai, estime le président de l’UMP. Mais vous faites tous ça depuis trois ans, tout le monde le voit, mais personne ne peut rien y faire, c’est ça qui compte. Et de plus, il faudra compter sur internet cette fois et là, j’ai une longueur d’avance.

 

A cet instant précis, Loïc Le Meur devient tout rouge (pas comme l’emblème du PCF, mais rouge quand même), et est pris par un début d’érection qui le fait se tortiller sur place.

 

  • Mais Nicolas, continue Claire Chazal. De quoi parles-tu ?
  • Chère Claire, dit Sarkozy, tu devrais me demander de qui je parle.

 

Là, il se tourne, ou plutôt se penche vers Loïc Le Meur à ses pieds :

 

  • J’ai avec moi celui qui va faire pencher les élections en ma faveur, celui qui va m’aider à conquérir le pouvoir et qui sera à mes côtés pour toujours j’espère. J’ai avec moi, Loïc Le Meur.



A ces mots, Loïc ne sent pas de joie et pour montrer sa belle voix, il ouvre un large bec et… tombe raide mort, victime d’une crise cardiaque. Un sourire béat sur son visage. Et un peu de liquide séminal et de sperme au fond de son caleçon.


David Carzon

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu