Avertir le modérateur

02/07/2007

La lune, la lune… mon cul oui !

Ne cachez plus ce sexe que je saurais voir. L’autre jour, allongé sur le canapé, la télécommande à la main pour zapper sur les 3659 chaînes de ma freebox (ben oui, quand on dort deux à trois heures par nuit pour cause de nourrisson qui mange à n’importe quelle heure, on a moins envie de regarder un documentaire d’Arte sur la France entre le 17 avril 1942 et le 19 avril 1942), je tombe sur un clip qui, sous des dehors romantiques, propage un message à caractère hautement pornographique.

Les interprètes de cette chanson « Danser sur la lune » s’appellent Marilou Bourdon et Merwan Rim et je dois avouer qu’avant ce jour, je n’avais jamais entendu parler d’eux. Il faut dire que pour moi, la variété française s’arrête aux Berruriers Noirs.

Enfin bref, voici le clip en question :

 




Pour mieux comprendre, j’ai récupéré les paroles aussi :

Les murs sombres aux reflets gris
La ville sans nom bercée par l'ennui
Toi tu rêvais d'être ébloui
Si les étoiles te servent d'abri.

Alors viens, oh oui viens.
Prend ma main
Oublie tes pleurs, tes chagrins
Allez viens
Oh ce soir j't'emmène
Danser sur la lune
Flâner sur les dunes.

Le jour on tire sa révérence
La nuit se pose avec élégance
Tes yeux se lèvent plein d'insouciance
Tu voudrais bien que l'on recommence.

Alors viens, oh oui viens.
Oh allez j't'emmène,
Danser sur la lune
Flâner sur les dunes
Danser sur la lune.

S'évader un instant
Du souffle des tourments
Retrouver le sourire,
Le parfum des plaisirs
Je connais ce chemin.
Je connais ce chemin.

Je t'y emmène allez viens !
Oh oui viens, allez viens !
Oublie tes pleurs, tes chagrins
Prend ma main
Ce soir, j't'emmène,
Danser sur la lune
Flâner sur les dunes
Danser sur la lune.

Allez viens
Allez viens, je t'emmène,
Danser sur la lune
Je t'emmène là-haut
Danser, danser
Danser sur la lune
Humm, humm
Danser sur la lune.



Bon, y’a rien qui vous titille la libido. Non ? Rien du tout ? Vous croyez que ce sont deux amoureux qui se découvrent et veulent savourer leurs lèvres par de longs baisers langoureux et chastes au clair de lune « hmmmm bisous bisous tout doux, non pas par là, pas avant le mariage ».

Non, non, non, vous êtes vraiment naïfs. A côté de la plaque. Le seul truc que ces deux pervers nous racontent, c’est qu’ils vont – et là je reprends les mots si simples du philosophe Bigard – baiser comme des bêtes.

Ben oui, faut pas rêver, en argot, lune ça veut dire cul et les dunes, ce sont les seins. Ha, ça y est, vous commencez à la regarder d’un autre air cette petite ritournelle avec un grand X, vous comprenez qu’il lui lorgne le cul et qu’elle attend qu’on lui masse les miches (romantisme, quand tu me tiens). Ça y est, vous les revoyez les expressions dans leurs regards, quand ils montent l’escalier, c’est pas pour regarder Appolo 13. Ça y est, vous repensez aux autres expressions de la chanson, tous les « Oh oui viens, allez viens », « les parfums des plaisirs », « je t’emmène la-haut »…

Ça fait tout de suite plus Journal du Hard qu’Harlequin, non ?

David Carzon

16:23 Publié dans ducon | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : cul

28/05/2007

Je travaille pour Le Monde

J'ai été muté et je ne le savais même pas. Mercredi soir, le JT de 20 h de France 2 fait une brève sur la vote de la rédaction du Monde contre son patron candidat à sa succession, Jean-Marie Colombani. Elle illustre le commentaire de David Pujadas avec des images d'archives de Colombani puis de la rédaction du Monde. Et surprise, on voit ma trogne avec celles des affreux qui me servent de collègues. Ben oui, il s'agissait d'images d'archives de la rédac' de 20 Minutes.

La preuve :

medium_Image_2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Le gars avec le doigt sous le nez et plus de cheveux, c'est moi, et là je réfléchis grave parce que c'est notre réunion hebdomadaire pour trouver des sujets qu'ils sont bons coco. En tout cas, ça me fait plaisir de savoir qu'après nous avoir craché dessus, on nous confond avec Le Monde.

 

David Carzon 

31/03/2007

Quelles valeurs transmettre à nos enfants dans une société qui a perdu tous ses repères ?

Cela fait déjà un moment que les parents sont totalement déboussolés et ne savent plus quelles valeurs transmettre à leurs enfants, ni comment partager le peu qu’ils leur restent. C’est encore plus vrai aujourd’hui qu’hier. En effet, depuis hier, toute l’humanité a fait un grand pas en arrière et je ne vois plus comment les différentes générations vont pouvoir se passer le témoin.

Que reste-t-il  partager ? Peu de choses en fait. Toutes les valeurs foutent le camp et l’enfant d’hier qui ne souhaitait qu’une chose, suivre les traces de ses parents pour aller plus loin et plus haut qu’eux, cet enfant-là n’aspire qu’à une chose, faire péter son score sur son dernier jeu Playstation.

Où est le dialogue père-fils ou mère-fille qui construisait un homme ou une femme ? Quand je parle de dialogue, je pense aussi à ces affrontements entre parents et enfants, qui, s’ils les divisent un temps, au bout du compte les rendent plus forts et meilleurs chacun de leur côté. Où cet instant privilégié où l’enfant pouvait perdre son innocence en toute tranquillité parce qu’il se savait guider par des parents protecteurs et bienveillants ? Où est ce moment où des individus issus d’un même patrimoine génétique se sentait famille ?

Depuis vendredi, ce moment n’est plus.

Depuis vendredi, Téléfoot est parti sur France 2.

Cela fait trente ans que tous les dimanches, pères et fils allument leur téléviseur à 11 heures du matin le dimanche [ça n’a pas toujours été cet horaire-là] et s’installent, parfois même pas encore lavés, pour voir durant une heure tous les buts du championnat de France de football. Cela fait trente ans que pendant ce temps, mères et filles préparent le rôti du midi. Cela fait trente ans que des familles se construisent durant cette heure-là. Cette heure où les non-dits importent plus que les grands discours moralisateurs, où les disputes s’interrompent, où de nouvelles conversations s’engagent, où le temps s’arrête...

Maintenant que Téléfoot n’est plus sur TF1, comment un père qui ne pourra plus s’appuyer sur l’exemple du PSG, va-t-il pouvoir apprendre à son fils qu’une défaite doit servir normalement à apprendre à se dépasser ? Maintenant que Téléfoot n’est plus sur TF1, comment un père pourra, puisqu'il n'aura plus d’interviews d'entraîneurs sous la main, faire comprendre à son fils qu’il est important se faire comprendre quand on parle ? Maintenant que Téléfoot n’est plus sur TF1, comment une mère pourra-t-elle expliquer à sa fille ses secrets de cuisine ?

Depuis vendredi, Téléfoot est parti sur France 2 et plus rien ne sera comme avant.

David Carzon

15:20 Publié dans ducon | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : telefoot, TF1, France 2

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu