Avertir le modérateur

07/09/2007

Google, Wikio, et consorts : aspirateurs à conneries

Il paraît que ce sont des algorythmes, que les machines sont programmées pour ça. Et bien, moi, je dis que la hiérarchie automatique de l’information, c’est pas pour tout de suite. Je m’en suis rendu compte sur mon blogamoi. En regardant la provenance de mes visiteurs, j’ai remarqué que certains venaient de chez Wikio. Et pour arriver jusqu’à dans ma maison 2.0, ils avaient tapé Rocco Siffredi dans le moteur de recherches. Non pas que mon blogamoi ait viré cul pour attirer les foules. Juste que dans une note même encore sèche, j’ai osé expliquer que mon orgueil était aussi développé et turgescent que le pénis de Rocco Siffredi.


Et voilà comment on se retrouve référencé dans Wikio. Je pense que le mec (ou la nana, ne soyons pas sectaire) qui a tapé Rocco Siffredi dans un moteur de recherche en attend autre chose que mes métaphores graveleuses à la con. La liste des tags associés à ce mot-clé laisse d’ailleurs présager des heures de limage intensif à vous culpabiliser des générations entières d’ados pré-pubères qui mettent autant de temps à envoyer la purée que Carl Lewis à courir le 100 mètres.


Ce n’est pas la première fois qu’un tel truc m’arrive.


Flashback premier acte.


Fin août, je fais une petite note mi-déconnante, mi-sérieuse sur une dépêche AFP concernant la nouvelle petite amie de François Hollande. Trois minutes après avoir publié la note, elle se retrouve référencée sur Google News entre deux articles sérieux du Monde.fr et du Nouvelobs.com. Cinq minutes après, mes stats explosent.


Flashback deuxième acte.


Fin avril dernier, je fais une note intitulée « Les stratégies de second tour ». Bien sûr, ça concerne la présidentielle. Bien sûr, y’a quelque trucs vrais au milieu d’un océan de conneries. Même topo. En cinq minutes, ça se retrouve happé sur Google News entre deux articles sérieux. Sauf que là, y’a plein de gens qui déboulent, pensant trouver des réponses avant de voter pour le second tour. Réponses qu’ils peuvent toujours chercher. Résultat : bordée d’injures dans les commentaires et par mails, accusant le journal pour lequel je bosse de ne pas remplir son devoir d’informer, alors qu’ils sont sur un blog qui n’a pas de telles prétentions.


En fait, avec le web 2.0, il manque un truc, un mec pour faire la circulation même si c'est pour me mettre sur une voie de garage. Il faut faire vite, parce que rien qu’avec cette note où y’a écrit Siffredi et Hollande, j’ai peur d’être à nouveau googueullisé ou wikioisé. Pour le coup, on tournerait un peu en rond.

David Carzon 

05/09/2007

Quand le Blogday provoque des plaisirs solitaires... surtout chez un branleur comme moi

Il n’y a que Zette qui a osé brandir un étendard à mon effigie. Je l’ai d’ailleurs remerciée pour un tel acte de courage. Sinon, zobi, pas un autre qui m’estime digne d’intérêt au point de revendiquer la lecture de cet espace à la con.

Tout ceci s’est passé la semaine dernière. Toi, lecteur, tu ne l’as peut-être même pas su, mais le 31 août, c’était le jour du Blogday. Oui, je sais, le jour du Blogday, il y a comme qui dirait un pléonasme mais dis-toi que tout le monde ne pratique pas le grandbriton comme toi et qu’il sera toujours plus simple de comprendre un Jacques Delors en version anglaise (il a même fait des petits et ) qu’un Brad Pitt dans Snatch.

Je t’explique en deux mots le principe du Blogday. Il s’agissait de profiter de cette journée pour afficher sur son blog, ses carnets web préférés, les plus originaux, les plus ce que tu veux. Et donc, en un résumé définitif et brutal, si je me fie à mes statistiques, Zette m’a sauvé du zéro absolu. D’autant que certains blogueurs ont développé des blogrolls et autres hommages originaux avec des dizaines et des dizaines d’adresses. Mais point de demain le monde.

Moi, chez qui l’orgueil est aussi développé et turgescent que le pénis de Rocco Siffredi, j’aurais dû être mortifié, honteux, penaud, déconfit, humilié… J’aurais dû fermer mon blog en me disant que tu ne me méritais pax, sombre crétin de lecteur dont le cerveau produit autant de neurones qu’Airbus vend d’A380.

Et ben pas du tout figure-toi, j’ai même pas été vexé. Même pas mal. La mort de Raymond Barre m’a provoqué à peu près autant d’émotions. Et tu sais pourquoi ? Parce que si ce genre de choses procure un début d’érection, ce n’est pas ça qui va te faire jouir au bout du compte (tiens, je suis très dans la métaphore phallique aujourd’hui).

Oui, je sais, là, tu vas me dire que c’est comme aux Césars, quand le mec il l’a pas, il dit qu’il s’en fout. Tu vas me rajouter un truc à la con genre regarde Obispo, il vendait trop de la mort et pourtant il était super mal parce qu’il avait pas la reconnaissance de ses pairs.

Alors moi, je vais te répondre que je vais te la briser ta paire si tu continues à m’interrompre. Je te dis pas que ça fait pas plaisir, je te dis juste qu’y’a mieux que la reconnaissance d’un jour . Je vais t’expliquer.

A peu près à la même période, j’ai bouffé avec Chryde. Je l’ai déjà dit mais c’est un des rares types pour qui j’ai un respect aussi développé et turges…. Non, j’arrête de jouer avec le concept phallique . On a discuté de plein de choses, de tous ses projets comme BienBienBien. Ça fait un bien fou d’entendre ce mec t’expliquer comment tout ce qu’il a fait depuis des années se retrouve dans ce qu’il concrétise aujourd’hui. Parfois sans même en être conscient.

L’autre truc, c’est que j’ai découvert un blog, celui d'un prof prénommé Charly, que j’ai envie de suivre, de relire, de faire partager à mes amis. Un blog qui m’a fait pisser de rire. Je crois que je ne m’étais pas autant fendu la poire depuis la fois où j’ai relu toutes les notes de mon blog… Han le mec, comment il s’aime trop, tu vas me dire. Toi, le jour où tu comprendras le second degré, y’aura des socialistes dans un gouvernement de droite.

Bon, ce qui est vrai, c’est que je me suis vraiment marré. J’ai envoyé un petit mot au mec. Qui a eu la gentillesse de me renvoyer à son tour un petit commentaire très sympa. Avec des mots qui vont au-delà de la considération réelle que je peux porter à mon petit être vil. Il a même foutu mon blog dans sa blogroll qui ne compte que quelques adresses (au fait Carzon c’est avec un Z et pas un S, au lycée je tapais les profs quand ils se trompaient). Bref, tout ceci respirait la sincérité et la simplicité. Et y’a pas à dire, c’est rare et ça fait du bien.


David Carzon

00:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : blog, blogday, blogroll

10/07/2007

Même pendant l’été, il faut que le concours

Que faire de son blog durant l’été ? Voilà une question qu’elle est bonne. Ce truc qui t’accompagne toute l’année, au boulot ou chez toi, devient vite un boulet, la migration estivale étant venue. Imaginez l’angoisse du blogueur qui s’est construit, notes après notes, une audience quotidienne d’au moins 20 lecteurs uniques par jour (ouaaaahhhh) et qui voit en quelques jours, son filon s’effilocher à la faveur de l’été. Comment partir sereinement en vacances quand on sait qu’à la rentrée, il faudra attirer le chaland avec autre chose que les photos de vacances de maman sur la plage (sauf elle fait du seins nus).


Histoire d’évacuer la question personnelle, moi j’ai trouvé la solution : je pars dans un coin plus que paumé où les habitants pensent que le wifi est un chien japonais tellement petit qu’il peut uriner au pied d’un bonzaï. Dès lors, l’équation est simple : pas possible de se connecter, pas besoin de se faire chier…


Alors, vous allez me dire que je pourrais préparer des notes d’avance en programmant leur publication au fil des semaines. Mais moi je vais vous répondre que je n’ai pas que ça à foutre. Déjà que pour pondre une à deux notes par semaine, il faut que je sacrifie ma vie de famille et que si un jour ma fille me reproche d’avoir préféré mon clavier d’ordinateur au lieu de l’aider à construire sa vie, c’est pas vous qui allez devoir lui expliquer que putain, c’est pour elle que j’ai fait tout ça, pour qu’elle soit fière de son papa, pour qu’elle puise à ses copines dans la cour d’école « ouais mon père aussi il a un blog avec plein de gens qui viennent que pour le lire lui ».


Cette année, une nouvelle tendance voit le jour pour tenir le lecteur en haleine, notamment pendant les moments de creux : le concours. On trouve par exemple un blind test pointu organisé par l’excellent et parnurgeophobe Hervé Resse ou un Secret Story version blogueurs (si ça peut vous aider, je crois savoir que dans le lot, il y a un qui est né avec le gène de la connerie, un peu comme dans la série Heroes, il a un super-pouvoir qui lui permet de faire ricaner les gens avec des blagues qui ne feraient pas rire si c’était quelqu’un d’autre qui les disait, je ne sais pas si c’est clair, mais moi je me comprends…). Le débutant Loïc Le Meur donne dans la blogakademy, concours du meilleur blogueur avec bon d’achat et Nokia à gagner à la clé (c’est beau une société du mérite). Sans oublier un garçon comme Mry qui organise régulièrement des concours, dont un en ce moment qu’on pourrait appeler « Ta gueule de traviole ». Et toute l’année, une jeune et fraîche damoiselle questionne ses visiteurs pour deviner si elle se couchera à 3 h du matin ou à 6 h du matin, si elle rentrera de soirée éméchée ou torchée, si elle mettra cette petite robe Courrèges qui lui va si bien ou ce jean qui lui fait un cul tout plat, ou encore combien de cystites elle aura dans le mois.


Qu’il se prenne au sérieux ou pas, le concours reste une arme à double tranchant car tributaire du nombre de joueurs et de leur assiduité. Moi, je fais mettre en place celui du blogueur le plus en vacances. Que mes lecteurs (mon lecteur ?) qui m’aiment (m’aime ?) me suivent (suive ?).

David Carzon 

12:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : blog, concours, été, vacances

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu