Avertir le modérateur

15/11/2006

Il est mouru Dominique Strauss-Kahn

(Tout est presque faux, mais tout aurait pu être presque vrai)

 

Le corps de celui que tout le monde appelait de ses initiales, DSK, a été retrouvé mort chez lui à la veille du premier tour des primaires pour l’investiture socialiste. Le téléphone encore accroché à la main, un horrible rictus figé sur son visage comme s’il était mort de peur. Aucun signe d’effraction, aucun signe de blessure apparente, c’est-à-dire aucun indice pour la police.

Les enquêteurs se sont d’abord intéressés à l’entourage proche de Dominique Strauss-Kahn. Des investigations qui les ont menés dans différents établissements comme les Chandelles, le 2+2, le Donjon, le Folie’s Pigalle… S’ils ont découvert beaucoup de choses passionnantes, il n’ont rien trouvé qui aurait pu leur donner un début d’explication.

Dans le même temps, ils sont tombés sur un coffre caché dans la résidence de DSK que les policiers ont finalement mis le doigt sur une piste intéressante. Cette cachette contenait de nombreuses cassettes vidéo surprenantes. En effet, il s’agissait d’une collection de confessions posthumes : Jean-Claude Méry, Francis le Belge, François Mitterrand, Pascal Sevran, Charles Hernu ou encore François de Grossouvre. Que du lourd donc.

Sauf que les policiers ont aussi trouvé un boîtier vide, sans la cassette qu’il contenait. Les flics n’ont pas eu à chercher bien loin la cassette en question. Après un premier visionnage, ils se sont rendus compte qu’il s’agissait de l’original de la vidéo enregistrée lors d’une réunion à Angers entre des enseignants et Ségolène Royal où cette dernière proposait d’exiger des professeurs une présence de 35 heures dans les collèges pour combiner cours et soutien scolaire gratuit. Une copie de cette vidéo avait été diffusée sur internet il y a quelques jours mettant la candidate socialiste dans l’embarras.

L’entourage de Ségolène Royal avait toujours soupçonné DSK d’être à l’origine de ce coup bas. Mais il leur manquait des preuves. C’est désormais chose faite.

Ceci n’expliquait toutefois pas la mort de DSK. Pas encore, car les enquêteurs, intrigués, ont continué leurs investigations. Et ils ont fini par découvrir des images subliminales subrepticement glissées dans la vidéo. Pas n’importe quelles images, celle du film Ring et de sa cassette maudite. Dans ce film d’horreur, des adolescents mouraient une semaine après avoir visionné des images contenues dans une cassette maudite. C’est donc la thèse retenue par les policiers pour qui la mort de DSK colle parfaitement avec ce scénario.

Reste à savoir qui a placé ces images subliminales et si c’était dans le but de tuer quiconque voudrait utiliser cette vidéo. D’après nos informations, il apparaît aujourd’hui que des proches de Ségolène Royal avaient été alertés qu’une première version pirate de mauvaise qualité circulait et ils auraient eux-mêmes récupéré la cassette auprès de la fédération de Maine-et-Loire avant de la rendre. Sans qu’on ait l’impression qu’ils y aient touchée.

Les enquêteurs n’ont plus que quelques jours pour découvrir l’origine de cette manipulation mortelle et surtout un antidote. Car pour avoir vu la cassette, ils vont bientôt mourir à leur tour. Comme les millions d’internautes qui se sont rués sur leur ordinateur ces derniers jours.

David Carzon

Précision : J'avais écrit et publié cette note avant de savoir que la mère de DSK allait mourir. Si je l'avais su avant, je ne l'aurais pas publiée. Maintenant, elle existe et je me suis posé la question de savoir si je devais la supprimer. Je ne l'ai pas fait même si je ne sais pas si j'ai eu tort ou raison.

05/10/2006

Elle est mourue Ségolène Royal

(Tout est presque faux mais tout aurait pu être presque vrai)

 

Son premier débat lui aura été fatal. Depuis des mois, Ségolène Royal était attendue au tournant par ses adversaires qui lui reprochaient d’éviter d’aller sur des questions de fond et de débattre avec eux. Hier, pour le premier débat entre les candidats socialistes à l’investiture pour l’élection présidentielle de 2007, le duel tant attendu entre Royal, Strauss-Kahn et Fabius a tourné court.

Retransmis en direct sur La Chaîne Parlementaire et abordant les questions économiques et sociales, ce débat a débuté par une allocution des trois candidats, Fabius mettant en avant sa volonté et sa capacité de rassembler de l’UDF à l’extrême gauche, Strauss-Kahn promettant de transformer la mondialisation en une source de bonheur pour tous, et Royal se contentant de sourire, comme une promesse à des jours meilleurs.

L’incident est survenu lorsque Dominique Strauss-Kahn a demandé à Ségolène Royal de se situer par rapport à la théorie du choix social, la pressant de dire comment elle analysait la relation entre préférences individuelles et décisions collectives et s'il était possible de dériver des préférences individuelles les préférences collectives. La candidate à la candidature est alors devenue toute blanche et s'est comme figée. Les animateurs du débat n’ont pas compris la gravité de la situation, croyant que la présidente de la région Poitou-Charentes était juste séchée par la question.

Lorsqu’ils se sont approchés d’elle, ils se sont rendu compte qu’elle ne bougeait plus, ne respirait plus et que son cœur avait cessé de battre. Tous les moyens pour la ranimer ont été mis en œuvre, sans succès.

Devant la gravité de la situation, les autorités judiciaires ont aussitôt demandé une autopsie. Mais les médecins légistes n’ont pas réussi à déterminer les causes de la mort. En effet, lorsqu’ils ont procédé à diverses incisions au niveau de sa boîte crânienne ou de son thorax, ils n’ont trouvé aucun organe. Il n’y avait que du vide.


David Carzon

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu