Avertir le modérateur

23/06/2006

Il est mouru Zinedine Zidane

(Tout est presque faux mais tout aurait pu être presque vrai)

 

Il s’est écroulé dans le rond central. Ce rond qu’il ne quittait plus durant les matchs. Zinedine Zidane est mort à 65 ans, foudroyé par une crise cardiaque au cours du match qui opposait la France au Slovaskistan dans le cadre des éliminatoires de la Coupe du Monde 2038 qui aura lieu l’an prochain en Irlande l’Est.

 

Sans cette mort subite, le footballeur français aurait pu participer à son dixième Mondial, lui qui détient déjà le record de participations. Le génie du ballon rond n’avait pas supporté l’échec de 2006 qui devait être sa dernière Coupe du Monde. Alors chaque année, il a rempilé pour revivre la fièvre de 1998. Sans succès.


Ne pouvant plus courir ces dernières années, il se contentait de rester au milieu du terrain, sans bouger, distribuant le jeu quand la balle lui parvenait.  « Bon, ben, on perd un grand joueur, a déclaré le sélectionneur Franck Ribéry. Il touchait rarement le ballon mais il rendait les autres meilleurs. »

David Carzon


PS : En hommage au joueur, Orange va diffuser à ses abonnées les extraits de ses meilleures interviews (10 euros la minute)

31/05/2006

Il est mouru Patrick de Carolis

(Tout est presque faux, mais tout aurait pu être presque vrai)

L’ancien animateur et président de France Télévisions a été retrouvé mort à son domicile samedi soir vers 23 heures par sa compagne. Ce décès, aujourd’hui, tout le monde en parle car il a été retrouvé la tête plantée dans une vieille télévision à tube cathodique. On ne sait pas s’il s’agit d’une vengeance ou d’un suicide. On sait juste qu'un homme vêtu d'un costume noir et d'un t-shirt noir a été aperçu dans l'immeuble peu avant le drame.

Cet homme d’influence aura marqué la télévision publique de son empreinte. D’abord en tant qu’animateur de l’émission « Des racines et des ailes » sur France 3, programme qui mêlait patrimoine, géographie, histoire et électorat de droite. Ensuite, en tant que président du groupe France Télévisions où il est faible de dire qu’il y passa un grand coup de balai.

Après avoir fait partir ou virer (rayer selon la mention inutile) les emblématiques Fogiel et Ardisson, il s’est attaqué au reste de la bande et très vite, il a fait le ménage par le vide : Patrick Sébastien puni pour avoir révélé Shirley et DIno, Thierry Beccaro à qui l’on a demandé de choisir entre Motus et le théâtre, Laurent Ruquier (« on l’a trop essayé », aurait dit Carolis), Daniela Lumbroso qui selon la direction était l’archétype même de l’intelligensia parisienne, ou encore Michel Drucker sur la sellette depuis qu’il avait osé demander à Nicolas Sarkozy si ce dernier imaginait pouvoir perdre les élections.

Patrick de Carolis avait gardé les figures qu’il considérait comme les plus emblématiques de l’avenir du service public (Pascal Sevran, Julien Lepers, Laurent Romechko, Sophie Davant) fait venir d’autres animateurs du même acabit (Stéphane Bern, Evelyne Dhéliat, Denise Fabre…) et il avait même réussi le tour de force de ressusciter Léon Zitrone.

Et les résultats ne s’étaient pas fait attendre puisque les audiences avaient très rapidement rattrapé celles d’Arte. Et c’est en pleine gloire qu’il avait décidé de se retirer de la présidence de France Télévisions, estimant son devoir accompli. C’est aussi à ce moment qu’il avait révélé son idylle avec Bernadette Chirac, la veuve de l’ancien président, un amour né au moment où Patrick de Carolis avait écrit un livre avec elle. Une passion d’abord chaste qui s’est concrétisé après la mort de Jacques Chirac par overdose de Corona.

La mort de Patrick de Carolis intervient au moment où celui-ci ne cachait que ce qu’il avait fait de bien pour la télé française, il avait envie de le faire aussi pour la France tout court.

David Carzon

10/04/2006

Il est mouru Cauet

(Tout est presque faux, mais tout aurait pu être presque vrai)

Il est mouru Cauet. Retrouvé mort dans le fauteuil qui lui servait à recevoir ses invités dans son émission du jeudi soir sur TF1 dans les studios de la plaine Saint-Denis, à quelques semaines du premier tour de la présidentielle dont il était le favori.

Les circonstances de son décès restent pour le moment mystérieuses et peu d’informations ont filtré. « Les éléments que nous avons en notre possession ne laissent guère penser à une intervention extérieure », a simplement déclaré le procureur de la République en charge du dossier, Jean-Marie Etouftou.

Cette mort intervient à un moment charnière dans la vie de l’animateur. Depuis quelques mois, celui-ci ne cessait de diversifier ses activités, notamment en vendant son nom à de multiples produits. Après avoir lancé une marque de hamburger et un magazine de filles rutilantes et de bagnoles à poil – à moins que ce ne soit l’inverse - Cauet avait successivement posé sa griffe sur une voiture, des préservatifs, du rosé de Provence, un scooter, un baladeur MP3 (le fameux CauetPod), des accessoires de tuning (accoudoir, échappement, avertisseur, ailerons, becquets arrière, bouchons de réservoir, clignotants, lames de spoiler, levier de vitesse, frein à main, housses de siège… le tout griffé Cauet), une chaîne de bronzage par UV, et enfin un sex-shop, qui sera donc le dernier de ses partenariats.

Devant une telle popularité, Sébastien Cauet avait fini par avoir d’autres ambitions. Et quelles ambitions… Tout était parti d’un pari un peu fou : celui de prendre sa carte à l’UMP et d’affronter Nicolas Sarkozy dans la course à l’investiture pour la présidentielle.

Et un soir de janvier 2007, au parc du Bourget lors d’un congrès extraordinaire de l’UMP pour désigner son candidat, les résultats tombent comme un couperet : Cauet est largement en tête avec 85% des suffrages des militants UMP. Nicolas Sarkozy ne peut que se retirer et le vainqueur qui imaginait sa candidature comme un gag, se voit désormais investi de porter les couleurs de la droite pour l’élection présidentielle.

Encore plus surprenant, deux semaines plus tard, Ségolène Royal abandonne l’investiture que lui avait confiée les militants socialistes pour se rallier à l’animateur : « La France a besoin d’un gouvernement national et Cauet incarne ce besoin, je préfère le rejoindre et travailler avec lui pour faire avancer notre pays ».

Finalement, le destin de Cauet a été brisé net et il ne revêtira jamais le costume de président qui lui paraissait promis dans les sondages de Tele 7 Jours. Reste à connaître les causes exactes de sa mort. D’après les rares informations qui ont filtré, il serait mort étouffé en mangeant le hamburger dont il faisait la publicité. Avec, chose étonnante, à la place du steak haché, sa carte d’adhérent de l’UMP.

David Carzon

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu