Avertir le modérateur

09/09/2007

Sarkozy échappe de peu à un attentat

(Tout est presque faux, mais tout aurait pu être presque vrai)

La scène s’est passée à Blois mardi dernier et bizarrement, aucun média n’a relayé cette information pourtant énorme. C’est le Parisien de ce dimanche qui a sorti l’affaire. Un peu comme Chirac un fameux jour de 14 juillet, l’actuel président de la République a donc échappé de peu à un attentat.. mais lui à la boulette de papier d'alu. Voici les faits.


Nicolas Sarkozy est à Blois à l’occasion de la rentrée des classes. Dans une salle appelée la halle aux grains, il prononce son discours destiné aux enseignants. Une fois son speech terminé, le chef de l’Etat s’apprête à quitter la salle du pas décidé qu’on lui connaît (c’est-à-dire en marchant comme s’il avait la jambe droite à la place de la jambe gauche et inversement).


C’est alors qu’un dangereux terroriste tente de le frapper sournoisement. Mais Nicolas Sarkozy grâce à un mouvement d’esquive digne du fameux Bullet Time de Matrix, parvient à éviter le projectile mortel. Les policiers se jettent sur le forcené et le maîtrisent non sans mal. Celui-ci est emmené dans un lieu tenu secret où il aurait été interrogé durant de longues heures pour connaître son mobile, ses commanditaires, son réseau…


Il devrait être jugé pour « tentative de meurtre sur un hyper président ». Il encourt une hyper peine de mort.


David Carzon


Voici la vraie info telle que publiée dans Le Parisien.

« Au moment où Nicolas Sarkozy allait quitter la halle aux grains après son discours aux enseignants, le 4 septembre, un enseignant a lancé dans sa direction, une boulette de papier aluminium qui lui avait servi à emballer son sandwich. (…) il a dû faire un passage par le commissariat de police et a été menacé de poursuites judiciaires. Finalement, ayant reconnu les faits, il aura droit à une composition pénale sans doute sous forme d’amende, au lieu de passer devant les tribunaux…»

Ajout 15 h 56 : Suite à ma dernière note, je m'attendais à être aspiré par Wikio et Google qui référencent tout et n'importe comment, sans faire gaffe. Et bien voilà, c'est fait.

07/09/2007

Google, Wikio, et consorts : aspirateurs à conneries

Il paraît que ce sont des algorythmes, que les machines sont programmées pour ça. Et bien, moi, je dis que la hiérarchie automatique de l’information, c’est pas pour tout de suite. Je m’en suis rendu compte sur mon blogamoi. En regardant la provenance de mes visiteurs, j’ai remarqué que certains venaient de chez Wikio. Et pour arriver jusqu’à dans ma maison 2.0, ils avaient tapé Rocco Siffredi dans le moteur de recherches. Non pas que mon blogamoi ait viré cul pour attirer les foules. Juste que dans une note même encore sèche, j’ai osé expliquer que mon orgueil était aussi développé et turgescent que le pénis de Rocco Siffredi.


Et voilà comment on se retrouve référencé dans Wikio. Je pense que le mec (ou la nana, ne soyons pas sectaire) qui a tapé Rocco Siffredi dans un moteur de recherche en attend autre chose que mes métaphores graveleuses à la con. La liste des tags associés à ce mot-clé laisse d’ailleurs présager des heures de limage intensif à vous culpabiliser des générations entières d’ados pré-pubères qui mettent autant de temps à envoyer la purée que Carl Lewis à courir le 100 mètres.


Ce n’est pas la première fois qu’un tel truc m’arrive.


Flashback premier acte.


Fin août, je fais une petite note mi-déconnante, mi-sérieuse sur une dépêche AFP concernant la nouvelle petite amie de François Hollande. Trois minutes après avoir publié la note, elle se retrouve référencée sur Google News entre deux articles sérieux du Monde.fr et du Nouvelobs.com. Cinq minutes après, mes stats explosent.


Flashback deuxième acte.


Fin avril dernier, je fais une note intitulée « Les stratégies de second tour ». Bien sûr, ça concerne la présidentielle. Bien sûr, y’a quelque trucs vrais au milieu d’un océan de conneries. Même topo. En cinq minutes, ça se retrouve happé sur Google News entre deux articles sérieux. Sauf que là, y’a plein de gens qui déboulent, pensant trouver des réponses avant de voter pour le second tour. Réponses qu’ils peuvent toujours chercher. Résultat : bordée d’injures dans les commentaires et par mails, accusant le journal pour lequel je bosse de ne pas remplir son devoir d’informer, alors qu’ils sont sur un blog qui n’a pas de telles prétentions.


En fait, avec le web 2.0, il manque un truc, un mec pour faire la circulation même si c'est pour me mettre sur une voie de garage. Il faut faire vite, parce que rien qu’avec cette note où y’a écrit Siffredi et Hollande, j’ai peur d’être à nouveau googueullisé ou wikioisé. Pour le coup, on tournerait un peu en rond.

David Carzon 

06/09/2007

Scoop !!! Exclusif !!!! Ils n’ont rien à dire sur Sarkozy

Puisque tous les quotidiens, hebdos et autres mensuels ont déjà fait parler, en long, en large, en travers, tous les plus ou moins proches de Sarkozy qui avaient un commentaire à faire même pas intéressant, j’ai décidé de donner la parole à ceux qui n’avaient rien à dire sur le président de la République. Ou qui n’en avait rien à foutre. Ou si s’en tapaient les couilles (ou les ovaires, rayez les mentions inutiles) par terre… Bref, ceux qui ne parlent jamais. Et tu verras par la même, ami lecteur qui me prend pour un branleur, que le métier de journaliste n’est pas exempt de danger.

Un jeune pris au hasard parmi un groupe de traîne-savates de mon quartier
-    Vazy, j’en n’ai rien à battre de ton Sarko, là. T’as pas une clope là plutôt bâtard…
-    Euh, non, désolé, j’ai arrêté de fumer.
-    Alors c’est quoi cette bosse dans ta poche là ?
-    C’est mon portable.
-    Alors vazy, file ton portable bâtard.
Le lien qui va bien

Ma boulangère

-    Non monsieur, je n’ai pas d’avis sur le président. Ça fait 90 centimes d’euro la baguette
-    Hein ? 90 centimes ? Ça a encore augmenté ! Tout ça pour du pain qui sera rassis ce soir.
-    Jean-Louis, y’a un client qui trouve que ça sert à rien de te lever à deux heures du matin pour nourrir des connards comme lui qui ont aucun goût. La baguette, tu veux lui mettre dans le cul ou je m’en occupe ?
Le lien qui va bien

Annie Girardot

-    Non vraiment, ça me dit rien, je me souviens pas. Quel nom vous dites ?
-    Nicolas Sarkozy.
-    Non, je ne vois pas. Et au fait, qui êtes-vous ?
Le lien qui va bien

Ségolène Royal

-    Non, môôôsieur, je n’ai rien à dire.
-    Quand même, il vous a torchée à la présidentielle, ça doit vous faire quelque chose ?
-    Non, môôôsieur, je n’ai rien à vous dire à vous.
-    Ben pourquoi à moi ?
-    C’est vous qui m’avez fait perdre l’élection. Vous zêtes pas gentil.
Le lien qui va bien

BHL
-    Vous savez, nous sommes un peuple de gaulois et nous avons voté pour Astérix…
-    Ha merde, vous avez un avis vous ? Vous n’êtes pas dans ma cible alors.
-    Ben oui, j’ai un avis sur toi. Je pourrais même tenter une analyse pour vous expliquer que vous atteignez l’entéléchie de la merde avec cette note pourrie.
-    Euhh non merci. J’ai que 50 mots de vocabulaire.
Le lien qui va bien

Pete Doherty
-    Fuck off, motherfucker, i fuck u, i fuck ur mother, i fuck ur sister, i fuck ur dog
-    Ha non, pas mon chien steuplait.
Le lien qui va bien

Yasmina Réza
-    Il n’y a plus rien à dire désormais. Tout a été écrit. Yasmina Réza avons écrit un texte définitif sur Nicolas Sarkozy.
-    Vous parlez de vous à la première personne du pluriel ?
-    Oui puisque JE et IL sont le sujet, ça fait NOUS.
-    Ha ouais d’accord, bien sûr.
Le lien qui va bien

David Carzon

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu