Avertir le modérateur

24/01/2007

De la friture dans la communication

Faire de la communication pour un opérateur de téléphonie mobile peut se révéler un exercice délicat car on a vite fait de se retrouver partagé entre des impératifs de santé publique et ceux de l’entreprise.


Je m’explique. La société SFR a organisé durant le Midem de Cannes une petite conférence de presse pour annoncer plusieurs projets en matière de musique sur la téléphonie mobile. Et balancer aussi qu’ils sont les meilleurs (exactement l’inverse de ce que m’a dit leur concurrent un peu plus tôt dans la journée lors d’une rencontre informelle, mais comme chacun se base sur des chiffres différents, bon courage pour en tirer des conclusions objectives).


medium__L7W9653.jpgLes journalistes invités à la conférence de presse SFR avaient tous un petit sac rouge posé sur leur chaise respective. Avec à l’intérieur, ô merci monsieur SFR, une oreillette Bluetooth, vous savez ces oreillettes dont on ne sait pas trop si elles vous donneront un cancer au cerveau à force de trop les utiliser.


Déjà, il y aurait à redire sur ce genre de présents offerts aux journalistes et l'utilité de ce genre de pratiques. Mais ce n’est pas le plus symptomatique pour une fois. Dans la salle, se trouvait une responsable de la communication SFR nouvellement arrivée. Et quel était son ancien poste ? Elle s’occupait de la communication de l’Association française des opérateurs mobiles (AFOM) qui se veut une sorte d’organisme éthique, moral et social de la filière. Au sein de l’AFOM, cette femme travaillait justement à faire passer certains messages, par exemple pour déconseiller aux utilisateurs une trop grande utilisation du bluetooth au profit de l’oreillette avec fil beaucoup moins inquiétante...

David Carzon

(photo Serge Pouzet/20minutes)

Commentaires

c'est honteux. Ok les journalistes ont des cadeaux, je peux comprendre mais on les achète quand même un peu trop.

Écrit par : kylia | 26/01/2007

Cher David,

J’ai été ravie de vous revoir au MIDEM où j’aurais pu parler avec vous des cadeaux aux journalistes ou répondre immédiatement à vos questions sur l’AFOM, le bluetooth et la santé. Mieux vaut tard que jamais ! Les lecteurs de votre blog sont peut-être, comme moi, peu friands de friture.

Tout d’abord, l’AFOM, c’est les opérateurs. Et les opérateurs, c’est l’AFOM. Il n’y a pas d’un côté un organisme éthique, moral et social et de l’autre des entreprises qui en sont membres, mais n’auraient rien d’éthique, moral ou social.

Les engagements pris par l’AFOM sont les engagements appliqués par les opérateurs. Le discours de l’AFOM sur les ondes radio, c’est le discours des opérateurs sur les ondes radio… et c’est surtout le discours de l’Organisation Mondiale de la Santé et des autorités sanitaires en France comme à l’étranger.

Que disent l’OMS et ces autorités sanitaires sur le téléphone mobile ? « Nous avons analysé toutes les études scientifiques. Nous en concluons qu’aucun danger n’est établi, mais que les études doivent se poursuivre. En attendant d’avoir les résultats de toutes les études, nous recommandons aux utilisateurs de téléphones mobiles des actions simples permettant de réduire leur exposition aux ondes radio ».

Comme vous le savez, l’une de ces actions simples consiste à utiliser une oreillette. Que l’oreillette soit filaire ou bluetooth, l’utilisateur réduit son exposition aux ondes radio. Des études sont en cours pour comparer les facteurs de réduction de l’oreillette filaire et de l’oreillette bluetooth.

Moralité (il y en a toujours une) : je n’ai changé ni mon éthique, ni mon discours en passant de l’AFOM à SFR.

Bien à vous,

Dominique Martin.
Directrice de la Communication et du Développement Durable de SFR

Écrit par : Dominique MARTIN | 26/01/2007

@ kylia : je vous ferai une réponse partagée. D'abord, toutes les entreprises ne font des cadeaux aux journalistes et tous les journalistes ne les acceptent pas. Il y a évidemment des excès de deux côtés. Mais le plus souvent, il s'agit pour l'entreprise de faire passer un message sur un produit pour vendre (c'est son rôle). Les journalistes sont eux, libres de l'accepter, le refuser, l'essayer et le garder, l'essayer et le renvoyer, cette dernière solution étant la plus déontologique. C'est un débat qui agite aussi le monde des blogs puisque les entreprises y ont trouvé un très bon outil marketing. (Sinon,votre playlist sur votre blog est sympa)

@ Dominique Martin : merci de votre réponse aussi ironique que le propos initial. Je respecte tout à fait votre démonstration, mais j'ai du mal à vous suivre quand vous mettez sur le même plan oreillette filaire et bluetooth. Par exemple, je ne pense pas que l'AFOM puisse distribuer des oreillettes bluetooth à des journalistes en les présentant comme une réponse de santé publique à l'exposition des ondes radio, sans provoquer un tollé. C'est substituer des ondes à d'autres ondes, sans qu'on en connaisse les répercussions. Je veux bien vous croire quand vous assurez ne pas avoir changé de discours. Mais vous me permettrez d'avoir toujours un regard un peu ironique sur cette conférence de presse du Midem.
Bien à vous.

Écrit par : david carzon | 26/01/2007

heureux de voir que vous vous inquiétez des conséquences des ondes nocives sur notre santé.
Pourquoi ne parlez vous pas des conséquences sur l'environnement de la généralisation des DRM ?
Vous n'en savez rien.
Un lien, pour vous en donnez un point de départ d'enquéte
http://oui-europe.over-blog.com/article-5271338.html

Écrit par : borneo | 27/01/2007

wolala

Écrit par : abs | 27/01/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu