Avertir le modérateur

20/12/2006

Il est mouru François Bayrou

(Tout est presque faux, mais tout aurait pu être presque vrai) 

 

François Bayrou a été retrouvé mort samedi matin, à son domicile du Béarn, la télé encore allumée, la télécommande à la main. Ce qui met fin de manière tragique à l’expérience douloureuse qu’était en train de mener le leader centriste [NDLR, ça fait toujours drôle d’écrire “leader centriste”, comme si l’addition de ces deux mots était irréaliste, incongrue, anormale…].

En effet, depuis plusieurs mois qu’il râlait contre la mainmise exercée par les candidats PS et UMP sur les médias traditionnels, le député béarnais avait voulu comprendre le fonctionnement de la matrice médiatique. Alors plutôt que d’essayer d’avoir la même place que les autres sur les plateaux de télé à grands coups de gueule, François Bayrou s’est téléporté de l’autre côté de l’écran en se mettant à la place de la ménagère de 50 ans.

Pour cela, il s’est exilé dans sa région natale afin de perdre tous ses tics parisiens : finie la lecture de 20 Minutes et du Parisien pour connaître les véritables préoccupations des lecteurs et des citoyens, finie la lecture du Figaro, du Monde, de l’Express ou du Point pour connaître les préoccupations des hommes politiques, finie la lecture de Libération pour connaître les préoccupations des hommes et des femmes de gauche propriétaires de leur habitation le long du canal Saint-Martin à Paris, et gagnant plus de 50 000 euros par an… Retour donc à la lecture quotidienne de la presse régionale avec ses faits divers, sa rubrique nécrologique où un nom publié correspond à un abonné en moins pour le journal, ses colonnes ouvertes aux notables locaux. Mais il s’est vite rendu compte que cela ne suffisait pas et qu’il fallait aller plus loin.

Alors pour franchir un nouveau cap, il a endossé les habits de la fameuse ménagère. Avec un salaire de 1700 euros bruts par mois qu’il s’est octroyé sur son compte de campagne, il a trouvé un deux-pièces de 40 mètres carrés dans le centre-ville de Pau et a contracté plusieurs emprunts à fort taux d’intérêt pour pouvoir se meubler et surtout acheter une télévision, élément clé de son expérience.

Car à partir de ce moment, François Bayrou a regardé tout ce qu’il était possible de regarder pour comprendre l’impact des images sur la société. Et la liste est longue de ces émissions qui dessinent le destin de la France : Motus, Derrick, Questions pour un champion, Les Feux de l’amour, Sans aucun doute, La méthode Cauet, le Journal du Hard…

Ce n’était pas encore suffisant alors le patron de l’UDF a voulu s’injecter à la suite, tous les journaux télévisés présentés par Jean-Pierre Pernaut depuis 1987. C’est-à-dire 156 275 minutes de reportages sur le tailleur de pipes de Saint-Claude ou la petite fabrique de fromage à l’ancienne de Savoie.

C’est cela que François Bayrou n’aurait pas supporté puisque selon les premiers éléments de l’autopsie, la vision en continu des journaux lui aurait fait atteindre son seuil critique de temps de cerveau disponible et l’homme ainsi vidé, s’est éteint. Comme si on avait appuyé sur le bouton Off.

 David Carzon 

Commentaires

@David,
Non ! J'en ai marre.
Trop de macabés autour de toi.
Des ignorants de la vie, de la vraie vie.
Du jour où ils ouvrent les yeux, ils préfèrent mourir.
Tes morts n'étaient pas des personnes très courageuses.
Lequel d'entre eux est allé dormir une nuit sous une tente du Canal Saint
Martin ?
Sais-tu que Catherine Vautrin va mourir de froid cette nuit ?
Tu as le scoop.
La ministre déléguée à la cohésion sociale n'a pas résisté à -1° le 21 décembre 2006. Une température qui n'a rien à voir avec celle des ministères. La Royco minute soup servie dans le gobelet en plastique, ça n'a rien à voir avec la "cantine" des ministères.
Une enquête a été ouverte contre l'association Don Quichotte qui a fait installer des tentes en mauvais état. La fermeture éclair de la tente occupée par la ministre est restée coincée.
Les caméras de TF1 et celles de la 2 et la 3 ont filmé l'agonie de la ministre jusqu'à son dernier claquement de dents.
Pourtant, elle avait mis son polaire et ses "après-skis".
La ministre n'aurait pas du mourir. Elle voulait uniquement montrer la proximité du gouvernement avec les plus défavorisés, les SDF.
Catherine Vautrin, la ministre au SDF -Surprenant Destin de Femme-.

A très bientôt de te revoir.
Tu as reçu mon oeuvre ?

Écrit par : corinne | 21/12/2006

Diantre, m'aurait-on menti ? N'est-il donc pas reparti chez sa mémé à Bagnère de Bigorre ? (sur le coup, je ne suis pas sûre de l'orthographe et j'ai la flemme de vérifier) D'ailleurs oui, je suis d'accord "Leader centriste" c'est un peu comme "militant du FN pacifiste" ou encore "socialiste révolutionnaire". Si, si, c'est vrai.

Joyeux Noël. :)

Écrit par : Anteresi | 26/12/2006

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu