Avertir le modérateur

12/12/2006

Retour en blogs

Puisque ça doit aussi servir à ça un blog, je voudrais faire un retour sur ma série « Blogs » qui est parue la semaine dernière dans 20 Minutes. Des articles qui ont généré plusieurs types de commentaires et de critiques sympathiques ou non (je passe sur les trucs du genre “ça raconte n’importe quoi” sans dire précisément pourquoi). Alors mes réflexions, je les livre ici.

 

Si cette série a eu un effet involontaire, c’est de réveiller la bête qui sommeillait en Chryde. Tout ça à cause d’une petite colonne publiée le premier jour de la série où nous donnions quelques bonnes adresses de blogs. L’adresse du site de Chryde venait en tête de cette blogroll sous le label « Influents » et cette publication a provoqué une réaction presque « gênée » chez l’intéressé. Je cite : « Etrange de monter dans le bus, encore engourdi par la micro-sieste imposée par les tremblements du métro, de feuilleter le 20 Minutes que l'on nous avait tendu quelques minutes auparavant, et de voir son blog cité parmi les "influents" dans une maigre colonne à droite de la page de droite, par un journaliste ami et confrère blogueur estimé. On se dit merci et pourquoi à la fois. On cherche, on invoque, pour soi-même, toutes les raisons possibles, l'amitié, l'estime, la paresse, le clin d'oeil. On en vient même à se demander si le journaliste n'essayait pas ainsi de réveiller ce blog endormi (…) »

 

J’ai déjà répondu à cette note sur le site de Chryde, mais je tiens à repréciser les choses car un commentaire énervé est venu parler de « Renvoi d'acenseur » entre lui et moi. Si j’ai choisi de placer le blog de Chryde dans cette liste, c’est d’abord parce que je le trouve bon. Même si effectivement, il était en sommeil depuis quelque temps. C’est par lui que j’ai découvert les blogs. Bien avant de connaître son auteur personnellement. Et même en sommeil, il y a plein d’archives passionnantes à découvrir pour qui n’a jamais lu un blog. Et depuis, Chryde a pondu deux notes très intéressantes sur les notions d’influence et de listes, appelant les blogueurs à faire une liste qui donne « une image différente de cette blogosphère ». J’en profite pour répéter que notre choix du mot « Influents » dans le journal n’était pas le bon. Il aurait mieux valu choisir celui d’ « Incontournables » comme nous l’avons fait sur 20minutes.fr. Dont acte.

 

Beaucoup ont pu interpréter cette liste comme un classement, ce n’étaient que quelques adresses avec un renvoi sur le site internet de 20 Minutes pour une blogroll beaucoup plus longue. Et bien sûr, il s’agissait d’adresses déjà très connues. Mais ne perdons pas de vue que 20 Minutes est un journal grand public et que parmi nos lecteurs, tous ne sont pas des habitués de la blogosphère. Notre but est de leur faire découvrir ce qui se fait d’intéressante pour qu’ensuite, ils puissent partir eux-mêmes à la découverte de choses nouvelles. C’est aussi dans ce but que sur 20minutes.fr, nous avons ouvert notre blogroll aux lecteurs pour qu’ils puissent l’enrichir de leurs propres découvertes.

 

L’évocation de Loïc Le Meur dans le premier volet de la série a provoqué quelques réactions, notamment chez Monsieur Le Chieur dans une note construite et argumentée qui a retenu mon attention. Et c’est là que je me dis parfois que la formule de 20 Minutes nécessite parfois d’emprunter des raccourcis qui peuvent prêter à des interprétations différentes ce qu’on a voulu écrire. Quand je disais que Loïc Le Meur est considéré comme le blogueur le plus important en France, cela signifiait de la part médias (dont je fais partie), des études d’audiences et d’influence – controversées – sur lesquelles se basent les médias (encore), et d’une partie de la blogosphère. On l’aime ou pas, il irrite ou pas, il séduit ou pas, mais on ne peut nier l’importance – justifiée ou non – qu’a pris ce personnage dans cette bulle. Le quatrième et dernier volet de la série se terminait d’ailleurs par un portrait du personnage (et non de la personne) Le Meur, répondant et allant plus loin que le premier volet qui se voulait simplement une radioscopie.

 

Monsieur Le Chieur a également rebondi sur une petite phrase de Le Meur disant : « Si vous ne bloguez pas, vous n’existez pas. Je crois qu’aujourd’hui l’identité en ligne est plus importante que l’identité réelle ». Cette citation était clairement faite pour provoquer des réactions et elle a atteint son but. On a autant reproché à moi de l’avoir reproduite et à lui de l’avoir prononcée, mais l’intérêt est avant tout de provoquer un débat sur un point qui me semble crucial dans l’importance que prennent ou qu’on donne aux blogs.

 

Mais alors que cette petite phrase a été largement reprise et commentée, le portrait plus complexe de Le Meur qui terminait la série n’a été que peu discuté. Et c’est là où je m’interroge. Ils sont nombreux à bondir sur leurs ergots en reprochant – avec raison parfois - aux médias de tout simplifier et de tout ramener aux mêmes questions et aux mêmes personnes. Et ce sont les mêmes qui commentent sans fin la moindre petite phrase sortie de son contexte. Je suis surpris que le premier volet n’ait pas été relu à la lumière de ce portrait qui me semble éclairant sur bien des points. La blogosphère aurait-elle aussi peu de mémoire que les médias et serait-elle en train de prendre les mêmes travers ? Je ne l’espère pas.

 

Un autre élément m’inquiète. Certains commentaires ont été faits par des personnes ayant lu soit uniquement la version papier, soit seulement la version internet. Par exemple, toujours sur Loïc Le Meur, on nous a reproché de lui avoir donné la parole sans recul en publiant une longue interview sur 20minutes.fr. Sauf que cette interview accompagnait un portrait tout en recul, au titre volontiers provocateur, publié lui dans la version papier. Ces éléments sont complémentaires, ils ne doivent pas s’opposer et être pris séparément sous peine de mauvaises interprétations. Ce qui a été le cas sur certains points pour cette série.

 

Enfin, j’ai reçu beaucoup de mails de gens qui voulaient m’inciter à parler de leur propre blog ou pour me faire part de leur idée « géniale » pour laquelle il faut absolument trouver de l’argent. Pas un seul mail pour me conseiller une adresse sans que ce soit dénué d’intérêt. La blogosphère serait-elle en train de loucher à force de se regarder le nombril ?

 

A votre disposition pour toute discussion ou critique complémentaire.

 

David Carzon

 

PS : à ceux qui s’intéressent au phénomène de la web-TV qui a fait l’objet d’un volet de notre série, allez lire la note prospective de MRY sur le projet Venice. Et jetez un œil également sur la nouvelle plateforme de Gaspanik.tv qui permet notamment d’envoyer des vidéos de Youtube ou de Dailymotion sur un portable.

Commentaires

Histoire de 11 marins-pompiers à Marseille, et de Stéphanie, une gamine de 15 ans violée et prostituée qui s’est suicidée. Deux autres mineures ont été également participantes.
Le jugement d’aujourd’hui les a tous relaxés, sauf un condamné à 3 ans.

http://enterrementdelalune.free.fr/

La mère de la victime “principale” (dixit les journaux), avait déjà subi un homme, le mari ... :

Ces mains sont sur moi, telles des pieuvres hideuses et carnassières. Elles m’attrapent les cheveux et les tire en arrière. Mes yeux se ferment et je ressens la douleur de la gifle avant même que celle-ci ne m’atteigne. Ma joue prend feu, mon œil se durcit et la décharge que je reçois dans la tête m’assourdit un moment. Le bourdonnement ne s’arrêtera plus tant qu’il continuera à frapper. Je l’entends crier au-dessus de moi et sa bouche vomit les insultes sur mon corps et me recouvre comme le tas de fumier au milieu d’un champ. Mais c’est lui qui sent mauvais, il est mauvais. Il me fait mal et je ne peux rien faire pour l’en empêcher. Lorsque ses poings touchent mon ventre, mes seins, mes bras, je me plie en deux pour me protéger. Mon dos sera la dernière carapace qui me protègera de ses coups. Alors, lorsqu’il me sent trop hors d’atteinte, il accroche mes vêtements et me secoue dans tous les sens, comme un drap qu’il faut déplier. Pour ne pas lui livrer le peu de moi qu’il n’a pas encore touché, je me redresse et m’agrippe aux murs, aux portes, aux chaises, là où mes mains, aveugles, peuvent trouver appui. Mes yeux restent fermés pour ne pas voir, ma bouche se tait pour ne pas réveiller les enfants, mes oreilles mutilent ses paroles pour qu’elles n’empoisonnent pas ma pensée. Je ne dois pas me noyer, être engloutie dans sa haine et sa folie. Je tombe encore une fois, je me redresse et tombe encore, il me suit dans toute la maison, me frappe avec tout ce qui se trouve à portée de ses mains, il hurle, vocifère. Sa voix c’est le diable qui me pourchasse et m’anéantie, ses muscles sont ses armes qui me mutilent et me tuent lentement. Il m’acculera dans un coin du salon à coups de pieds. Je serai piétinée, lacérée, griffée, arrachée de ma chair et de ma dignité, je ne serai qu’une proie prise au piège et soumise à sa colère. Mes mains seront épuisées et tremblantes, mes yeux exorbités, mes jambes traumatisées, mon cœur brisé, mon âme souillée et abandonnée, et ma peine immense. Lorsque tout cela se termine sur le coup le plus brutal et en fait celui où il croit m’avoir fait vraiment mal, je m’aperçois que je ne souffre plus. Mon corps est tellement brûlant, mon cerveau en ébullition, que la douleur n’existe pas, du moins physiquement. Ce qui fait mal, c’est de se voir ainsi, recroquevillée dans un coin du salon, les vêtements en lambeaux, la maison sans dessus dessous, le goût du sang dans la bouche. Je suis essoufflée, vidée, sans force parce que j’ai subi la bête. La douleur vient plus tard, le soir ou le lendemain, lorsque les bleus et les contusions apparaissent, que le traumatisme crânien vous tourne la tête mais que vous ne pouvez pas aller à l’hôpital, que le moindre mouvement vous tire une douleur dans les articulations parce qu’il vous a secouée comme une marionnette. Et lorsque les semaines passent et que la douleur des coups disparaît, il vous en reste une autre à guérir, celle qui dure le plus longtemps et dont le combat est bien plus difficile que celui livré face à la bête … c’est de redevenir quelqu’un parce que vous n’êtes plus rien, même pas un animal parce que même ça, il vous l’a pris et l’a brisé.

Écrit par : zorglob | 12/12/2006

Merci de qualifier ma méchante note de "construite et argumentée", c'est une jolie preuve de fair-play :)

Je peux vous répondre, en ce qui me concerne en tout cas, pour l'absence de réactions sur le portrait de Le Meur : on se fiche de la complexité du papier, de savoir s'il a été bien ou mal fait, ou si le portrait est ressemblant ou non. Ce qui est contestable, c'est le sujet, c'est tout. Et comme on frise l'overdose, on s'abstient tout bêtement de le lire. La MÊME semaine, Libé faisait sa dernière page sur le MÊME bonhomme ; ça devient vraiment caricatural....

Autre chose : contrairement à l'immense majorité des auteurs de blogs qui oeuvrent gratuitement, parce que c'est leur passe-temps, Loïc Le Meur en a fait son métier, son business. Des blogs, il en vend. Enfin non, d'ailleurs, il est plus malin que ça : il les loue. Dans ces conditions, c'est bizarre, mais j'ai un peu de mal à le trouver représentatif d'une quelconque "blogosphère"... Depuis quand les vendeurs sont-ils les porte-parole de leurs clients ? Si, à chaque fois qu'ils ont besoin d'interviewer un automobiliste pour un dossier "voitures", les médias choisissaient JUSTEMENT le PDG de chez Renault, vous trouveriez ça suspect, non ?

Enfin, pendant que j'y suis, je conteste aussi la dernière phrase de votre billet. Il n'y a pas "une" blogosphère qu'on pourrait conjuguer à la troisième personne du singulier. Il y a DES blogs, des bons, des mauvais, des intimes, des érudits, des politiques, des mystiques, des littéraires, des mal-écrits, etc. Le seul intérêt de cette nouvelle forme d'expression, c'est sa variété. Plus les médias feront de Loïc Le Meur l'icône, le chef de file et le gourou incontesté de "LA blogosphère", et plus on tuera cette variété-là dans l'oeuf.

Écrit par : LeChieur | 13/12/2006

Monsieur Le Chieur,

Je ne sais pas si vous avez lu le portrait en question, mais il ne s'intéressait pas la personne mais au personnage en se demandant pourquoi il était considéré par les médias comme le relais obligé d'une blogosphère (avec toutes les réserves que vous pouvez mettre derrière ce terme avec raison). Avec au coeur toutes les problèmes que vous posez. De tête, j'ai écrit que les médias s'étaient emparés du personnage sans se demander une seconde s'il était représentatif de l'ensemble des blogs existants. Sous cet angle là, pour moi, le sujet n'est pas contestable car il s'interroge sur la manière dont les médias (moi y compris) traitent un tel phénonème.
Et tant que vos notes sont construites et argumentées, vous avez le droit (et presque le devoir) d'y mettre toute la méchanté que vous voulez. Sinon, à quoi servirait un blog ?
Cordialement

Écrit par : david carzon | 13/12/2006

Alors je bats ma coulpe, puisque je n'ai pas lu ce papier... Peut-on encore le retrouver sur le site de 20 minutes ?

Écrit par : LeChieur | 13/12/2006

Monsieur Carzon,
Je vous donne raison sur la nécessité de lire la totalité de l'entretien de LLM (j'en viens). A l'issue de la lecture, la seule réflexion qui m'est venue à l'esprit à propos de LLM, c'est "le pov' gars"....

En revanche, à la question que vous posez :
"Enfin, j’ai reçu beaucoup de mails de gens qui voulaient m’inciter à parler de leur propre blog ou pour me faire part de leur idée « géniale » pour laquelle il faut absolument trouver de l’argent. Pas un seul mail pour me conseiller une adresse sans que ce soit dénué d’intérêt. La blogosphère serait-elle en train de loucher à force de se regarder le nombril ?"
je répondrai que vous n'avez que ce que vous méritez ! Vous savez que parmi vos lecteurs, il en est pour prendre ce que vous relatez au premier degré, et pour considérer que eux aussi, disposant d'une profondeur d'esprit au moins équivalente à celle de LLM, il n'était pas inopportun de vous sollicitez (mais euh, pourquoi LLM et pô moi, hein ?). Les LLMistes ont un petit côté LLM, vous ne croyez pas ? Ne devriez-vous pas plutôt vous demander pourquoi les LLMphobes ne vous écrivent pas ? Sauf Monsieur LeChieur qui en dépit de ce qu'il prétend aime les gens, enfin je crois.

Enfin, je ne parviens pas à comprendre le raisonnement qui vous fait écrire ceci :"Quand je disais que Loïc Le Meur est considéré comme le blogueur le plus important en France, cela signifiait de la part médias (dont je fais partie), des études d’audiences et d’influence – controversées – sur lesquelles se basent les médias (encore), et d’une partie de la blogosphère. On l’aime ou pas, il irrite ou pas, il séduit ou pas, mais on ne peut nier l’importance – justifiée ou non – qu’a pris ce personnage dans cette bulle."
Je ne comprends pas parce qu'en en parlant vous contribuez à faire grossir la bulle (et une bulle c'est bien connu, c'est quand même que de l'air à l'intérieur). C'est comme si vous disiez "j'en parle parce que les autres en parlent mais comme je le dis et que je l'admets, au moins je suis honnête". Cela ne fait aucun en ce qui me concerne, mais je suis en même temps forcée d'admettre -avec vous, que ce sont les médias qui déterminent les sujets ou les orientations de vos articles. En disant qu'untel est un phénomène médiatique, on ne dit rien d'autre. Et pourquoi ne pas se demander s'il est justifié qu'untel soit un phénomène médiatique ? "Vu à la télé", "Lu dans la presse" donc ? Donc valable, achetable, utilisable..., mais il est vraisemblable que j'opère un rapide raccourci. Vous est-il possible d'imaginer parler des blogs sans citer une seule fois LLM, essentiellement en raison de son total manque d'intérêt pour l'internaute lambda ? et de favoriser ainsi l'émergence d'une non-bulle ?? Chiche.

Écrit par : 32 | 13/12/2006

Merci de votre longue réponse à laquelle je n'ai pas grand-chose à ajouter sinon que vos interrogations sont souvent les mêmes que les miennes. Je voulais juste préciser deux choses. D'une part, Monsieur Le Chier ne m'a pas écrit, j'ai trouvé sa note sur son blog et j'y ai répondu sur le mien. Cela n'enlève rien à la pertinence de son raisonnement. D'autre part, il y a eu deux épisodes de la série où je n'ai pas parlé de LLM. En dans le premier volet, il s'agissait d'une radioscopie où je citais des études - contestées je le sais et je l'ai précisé - où il est incontournable. Et dans le dernier volet, pour faire ce portrait sur son omniprésence médiatique. Il ne s'agissait pas de dire "j'en parle parce que les autres en parlent mais comme je le dis et que je l'admets, au moins je suis honnête" comme vous dites, mais de dire "voilà, ce type on en parle partout (la preuve regardez le nombre d'articles qu'il y a eu en une semaine, ce qui tient plus aux tendances moutonnières de la presse contre laquelle il est difficlle de lutter), alors voici qu'on dit de lui, mais arrêtons nous deux secondes pour essayer de comprendre pourquoi on parle de lui".
Cordialement
David Carzon

Écrit par : david carzon | 13/12/2006

Bon, soyons constructifs.

Dans la "blogosphère", il y a des gens qui font du business, d'autres qui se font prendre en photo chez Harcourt, et puis il y a Ron L'Infirmier.

Ron L'Infirmier, c'est du solide. Des visiteurs à la pelle, du "vu à la télé" comme dit 32, du lu dans la presse aussi, bref, un terrain bien balisé.

En même temps, Ron l'Infirmier, c'est pas un businessman, c'est juste un type qui raconte ses histoires du quotidien. Mais qui les raconte foutrement bien.

Or, il se trouve (et vous n'êtes pas sans le savoir, puisque vous avez lié le blog de G. Birenbaum), que Ron L'Infirmier a une "actu" : un bouquin que je suis tout juste en train de finir de lire, "La chambre d'Albert Camus et autres histoires". Damned !, allez-vous vous écrier, encore un livre de blogueur, genre "Le journal de Machin" ou "Je nique c'est mytho" ? Fichtre non ! Mais un vrai livre d'auteur, avec du style et des tripes, et puis aussi des vrais morceaux de mort, d'amour, de drôlerie, d'intelligence, de cruauté... Un condensé d'humanité, quoi.

Autant dire que là, vous avez un sujet en or pour un portrait au moins aussi long que celui de LLM, et pour une interview au moins encore mieux. Un vrai blogueur, un vrai livre, une vraie actu, Coco. Et tout ça sans avoir à rougir. Elle est pas belle, la vie ?

Bon, je sais, c'est super chiant les gens qui veulent à tout prix vous voir traiter le sujet qu'ils vous indiquent. Mais je ne fais que rebondir sur votre phrase : "Pas un seul mail pour me conseiller une adresse sans que ce soit dénué d’intérêt"... Alors hein...

Écrit par : LeChieur | 13/12/2006

Pour être honnête, le livre est devant moi sur mon bureau, en attente d'une lecture qui ne saurait tarder. Avec d'autant plus d'impatience si on me presse de le faire...

Écrit par : david carzon | 13/12/2006

Si vous la regrettez (la lecture), je me flagelle en public et avec des orties fraîches au prochain Paris-Carnet ! ;)

Écrit par : LeChieur | 13/12/2006

en voilà une idée saugrenue...

Écrit par : david carzon | 13/12/2006

Aller au Paris-Carnet ? Certes :-D

Écrit par : LeChieur | 13/12/2006

Alors je découvre avec effarement qu'il y aurait une blogosphère influente...avec déjà des classements etc etc...j'avoue ma grande naïveté sur le sujet (même si comme tout le monde je n'ai pû échapper au "phénomène" Loic Le Meur) et aux hasards de mes promenades j'atteris ici. Perso je suis assez déçue dans l'ensemble par la teneur des blogs dit "littéraires" de vague critique sur les éternels même bouquins...et je me suis vite rendu compte que les blogs les plus visités étaient loins d'être les plus interressant ( a mon humble avis). J'irais même jusqu'à dire que la blogosphère me semble refléter à son tour un des grand travers des medias classiques, a savoir le manque total d'originalité. Mais étant curieuse et radicalement optimiste je continue mon petit tour et j'ai parfois la chance de tomber sur de vrais petite merveilles. Je vous prends donc aux mots et vous incite vivement à aller voir le blog magnifique Les roses de Décembre (l'auteur ayant d'ailleurs récemment publié une traduction de J.M. Barrie dont bien sur personne n'a parler, pas à la mode ;o) )
tres cordialement Lamousmé

Écrit par : lamousmé | 14/12/2006

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu