Avertir le modérateur

29/11/2006

L'alphabêtiser 2.1

A ajouter dans notre dictionnaire des absurdités

Pen : nom masculin (all. obersturmführer) Fuite en avant qui consiste à faire n’importe quoi. Exemple : « Si on enclenche le pen, la porte de sortie est définitivement condamnée. »

Chévénement : nom masculin (ang. neardeathexperience) Ce qui arrive mais auquel on ne croit pas. Exemple : « La troisième voie à gauche, c’est un chévénement monté de toutes pièces. »

Hulotier : nom masculin (gr. ushuaiôs) Agent de police responsable du maintien de l'ordre dans son environnement. Exemple : « Josiane, appelle l'hulotier, y'a le voisin qui met ses poubelles dehors sans les avoir triées. Je suis sûr que c'est le genre de gars à ne pas fermer le robinet quand il se lave les dents. »

Boviette : nom féminin (lat. moustachum) Couard, personne qui manque de courage au dernier moment alors que son entourage comptait sur lui. Exemple : « José, boviette, t'avais promis de te présenter à la présidentielle pour fédérer la gauche antilibérale. Ce n'est plus le référendum sur l'Europe là, t'avais pas le droit de dire "non" ! »

Fillonner : verbe transitif (ang. opportunism) Parcourir dans tous les sens en voulant faire croire qu’on va tout droit et qu’on a jamais changé de cap. Exemple : « Brice, t’as vu ? Ceux qui étaient avec Raffarin en 2002 se sont tous mis à fillonner autour de Sarko dès qu’ils ont été virés du gouvernement par Chirac. »

Villiers : nom masculin (gr. chouans) Quantité considérable. Exemple : « A force de dire n’importe quoi sur les musulmans, des islamistes, on en voit par villiers. »

27/11/2006

L'alphabêtisier 1.6

Des mots à ajouter dans notre dictionnaire des absurdités

 

Villebrepin : nom masculin (du vieux françois môssieur l’ambassadeur) Outil formé d’une mèche que l’on fait tourner un coup à droite, un coup à gauche, pour une faire une percée dans un revêtement solide. Exemple : « Dis-donc Jacques, ton villebrepin, il ne serait pas un peu usé à force d’aller dans tous les sens ? Il ne doit plus tourner très rond en tout cas. L’an dernier, il avait déchiré toutes les couches sociales, et aujourd’hui, il refuse de faire la moindre percée. » 

Besancenette : nom féminin (lat. maotsétum) Bidon destiné à transporter du liquide. Surtout utilisé par les ouvriers du siècle dernier. Exemple : « Marie-George, faudrait penser à remettre du rouge dans ta besancenette, elle est bientôt vide. »

Chirakyste : nom masculin (lat. eternal) Production pathologique constituée par une cavité contenant une forme molle et liquide appelée quorrhona. Le chirakyste possède la particularité d'apparaître d'abord de manière isolée avant de se développer de façon soudaine et inarrêtable. C'est généralement quand on le croit inoffensif qu'il passe à l'attaque. Exemple : « Edouard, c'est Nicolas, je t'appelle parce qu'on vient de me diagnostiquer un chirakyste sur la fesse droite. C'est bien ce que tu as eu courant 1994 et qui s'est développé seulement début 1995 pour te mettre KO en trois mois ? »

Sarkophage : nom masculin (gr. spècedetraitre) Ambition démesurée, envie de réussir telle qu'elle crée une sorte d'aveuglement, un enfermement sur soi. Exemple : « Nicolas, sors de ton sarkophage. Un jour, tu vas te réveiller et je ne serai plus là, je serai partie avec Louis. C'est ta femme et ta conseillère en communication qui te le dit. » 

Bayroute : nom féminin (lat. quequetum) Représentation symbolique du courage, de la volonté de se mesurer aux autres pour montrer qu'on est le meilleur, le plus fort. Synonyme parfois de l'inconscience. Exemple : « François, arrête de nous sortir ta bayroute, on sait que tu veux nous montrer que tu en as une plus grosse que tout le monde. »

Fabiuser : verbe transitif (lat. çasevoitadeskilometrum) Exagérer, dépasser la mesure dans ses paroles et ses actes, accentuer jusqu’à l’excès, jusqu’à ne plus être crédible, en prenant les gens pour des cons sans mémoire. Exemple : « Dis donc Laurent, tu voudrais nous faire croire que maintenant t’es d’extrême gauche alors que t’aurais pu adhérer aux réformateurs libéraux il y a même pas cinq ans. Hé Laurent, tu fabiuses là. »

Strausskankahner : verbe intransitif (lat. chevillenflare) Médire, faire des commérages sur ses adversaires pour faire croire qu’on est meilleur qu’eux. Exemple : « Sarko il est fou, Royal elle est creuse. Attention, je ne strausskankahne pas, c’est la réalité. S’il y en a un qui assure, c’est moi. Et puis il y en a d’autres qui ne se gêne pas pour strausskankahner à ma place. Alors je le répète, non, le coup de la cassette, ce n’est pas moi. » Autre exemple : « Ce n’est pas que je veux strausskankahner, mais s’il y en a un qui peut battre Chirac en 2002, c’est bien moi. D’autant que Chirac, il est foutu, il est vieux, usé, fatigué. Et puis moi, j’ai un tellement bon bilan que je n’ai même pas besoin de dire que je suis socialiste. »

Ségolonisateur : adjectif et nom (gr. toulapavuvenir) Se dit de celui qui investit, mine de rien, sans avoir l’air d’y toucher, une terre ennemie pour s’y installer et piller les richesses. Exemple : « Pour franchir des montagnes maintenant, faut pas prendre des éléphants. C’est trop lourd et ça a les yeux plus grands que le ventre. Regarde les ségolonisateurs, ils sont partis à pieds avant nous, on n’a pas fait gaffe et puis voilà, ils sont arrivés avant tout le monde. Avec beaucoup d'avance et dans un ordre juste en plus. »

Mam : Mot anglais anglais utilisé comme tel dans la langue française. Désigne celui qui est envoyé au front en éclaireur, celui qui se sacrifie pour les autres. Exemple :

- « Dad, where is my mam ? » 

- « Ecoute Dominique, arrête de me parler en anglais pour me montrer que tu peux être président à ma place. Ta mam, tu l'as envoyée au conseil de national de l'UMP. C'est vrai qu'elle n'est toujours pas revenue, il y a de quoi s'inquiéter, j'espère qu'il ne lui est rien arrivé. Et puis j'en ai marre que tu m'appelles papa tout le temps. »

 

David Carzon

15/11/2006

Il est mouru Dominique Strauss-Kahn

(Tout est presque faux, mais tout aurait pu être presque vrai)

 

Le corps de celui que tout le monde appelait de ses initiales, DSK, a été retrouvé mort chez lui à la veille du premier tour des primaires pour l’investiture socialiste. Le téléphone encore accroché à la main, un horrible rictus figé sur son visage comme s’il était mort de peur. Aucun signe d’effraction, aucun signe de blessure apparente, c’est-à-dire aucun indice pour la police.

Les enquêteurs se sont d’abord intéressés à l’entourage proche de Dominique Strauss-Kahn. Des investigations qui les ont menés dans différents établissements comme les Chandelles, le 2+2, le Donjon, le Folie’s Pigalle… S’ils ont découvert beaucoup de choses passionnantes, il n’ont rien trouvé qui aurait pu leur donner un début d’explication.

Dans le même temps, ils sont tombés sur un coffre caché dans la résidence de DSK que les policiers ont finalement mis le doigt sur une piste intéressante. Cette cachette contenait de nombreuses cassettes vidéo surprenantes. En effet, il s’agissait d’une collection de confessions posthumes : Jean-Claude Méry, Francis le Belge, François Mitterrand, Pascal Sevran, Charles Hernu ou encore François de Grossouvre. Que du lourd donc.

Sauf que les policiers ont aussi trouvé un boîtier vide, sans la cassette qu’il contenait. Les flics n’ont pas eu à chercher bien loin la cassette en question. Après un premier visionnage, ils se sont rendus compte qu’il s’agissait de l’original de la vidéo enregistrée lors d’une réunion à Angers entre des enseignants et Ségolène Royal où cette dernière proposait d’exiger des professeurs une présence de 35 heures dans les collèges pour combiner cours et soutien scolaire gratuit. Une copie de cette vidéo avait été diffusée sur internet il y a quelques jours mettant la candidate socialiste dans l’embarras.

L’entourage de Ségolène Royal avait toujours soupçonné DSK d’être à l’origine de ce coup bas. Mais il leur manquait des preuves. C’est désormais chose faite.

Ceci n’expliquait toutefois pas la mort de DSK. Pas encore, car les enquêteurs, intrigués, ont continué leurs investigations. Et ils ont fini par découvrir des images subliminales subrepticement glissées dans la vidéo. Pas n’importe quelles images, celle du film Ring et de sa cassette maudite. Dans ce film d’horreur, des adolescents mouraient une semaine après avoir visionné des images contenues dans une cassette maudite. C’est donc la thèse retenue par les policiers pour qui la mort de DSK colle parfaitement avec ce scénario.

Reste à savoir qui a placé ces images subliminales et si c’était dans le but de tuer quiconque voudrait utiliser cette vidéo. D’après nos informations, il apparaît aujourd’hui que des proches de Ségolène Royal avaient été alertés qu’une première version pirate de mauvaise qualité circulait et ils auraient eux-mêmes récupéré la cassette auprès de la fédération de Maine-et-Loire avant de la rendre. Sans qu’on ait l’impression qu’ils y aient touchée.

Les enquêteurs n’ont plus que quelques jours pour découvrir l’origine de cette manipulation mortelle et surtout un antidote. Car pour avoir vu la cassette, ils vont bientôt mourir à leur tour. Comme les millions d’internautes qui se sont rués sur leur ordinateur ces derniers jours.

David Carzon

Précision : J'avais écrit et publié cette note avant de savoir que la mère de DSK allait mourir. Si je l'avais su avant, je ne l'aurais pas publiée. Maintenant, elle existe et je me suis posé la question de savoir si je devais la supprimer. Je ne l'ai pas fait même si je ne sais pas si j'ai eu tort ou raison.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu