Avertir le modérateur

31/03/2006

has-been or not has-been ?

medium_bormans.4.jpgImaginez une horde de has-been, de chanteurs oubliés, de stars tombées dans l’oubli partir à l’assaut des maisons de disques pour demander à être présents sur les plateformes légales de vente en ligne… Ce n’est pas tout à fait de la fiction, ni de la télé-réalité. Bon, ce n’est pas moi qui ai pensé à ça, c’est Anne Bormans (voir la souriante photo), avocat en droit de la propriété intellectuelle qui me l’a soufflé au cours d’une récente interview.

Le truc est simple. Quand un artiste signe un contrat avec une maison de disque, il lui cède la gestion de ses droits d’auteur. La maison de disques a des droits (celui de récupérer ses sous notamment) mais pas seulement. « Un éditeur a le devoir d’utiliser ces droits en utilisant tous les modes d’exploitation en vigueur », explique Anne Bormans.

Je traduis (Anne Bormans rectifiera si je traduis mal) : des artistes sous contrat qui ont sorti un disque dont l’exploitation dans le monde de la vente physique est terminée, pourraient exiger qu’on fasse leur promotion sur tous les nouveaux supports numériques : MP3, blogs, podcasts…

La question qui se pose alors c’est : pourquoi ne le font-ils pas ? Hein ? Moi, un podcast de Sheila (je dis Sheila au hasard, ça aurait pu être Jean-Pierre François, Frédéric François, François Valéry et encore je ne prends que les François), ça me ferait triper.

David Carzon

29/03/2006

Toute la beauté de la discrimination positive

Lors de son meeting de futur présidentiable à Douai lundi soir, Nicolas Sarkozy avait mis en avant sa fameuse idée de discrimination positive. Elle se trouvait assise sur la tribune d’honneur, au deuxième rang derrière le chef. Et franchement, on ne voyait qu'elle et sa blackitude.
medium_sarko_douai.jpgEn plus d’avoir la classe, d’être jeune, jolie et bien habillée, la « discrimination positive » ne se laisse pas séduire facilement et surtout, elle refuse d’être réduite au rôle de potiche. La « discrimination positive » n’applaudit pas le chef comme un robot. La « discrimination positive » ne prend pas pour argent comptant toutes les promesses que le chef peut faire. La « discrimination positive » sourit quand elle a envie de sourire. La « discrimination positive » hoche de la tête seulement quand elle approuve vraiment ce que le chef dit. La « discrimination positive » jette au chef un regard noir quand elle est mécontente. La « discrimination positive » n’est peut-être pas une fan absolue, mais elle est sincère. La « discrimination positive » n’a pas franchement envie d’être assise là, exposée au yeux de tous, mais elle sait qu’il est important qu’elle soit représentée et visible dans ce parterre un peu trop blanc, un peu trop vieux.

David Carzon
Photo : Sébastien Ortola.

28/03/2006

Quand est-ce qu’on touche le fonds ?

Forrester Research s’est penché sur le futur du téléchargement légal. Rien de vraiment nouveau sous le soleil numérique : cet institut prévoit un boom des ventes de musique en ligne d’ici 2011. Celle-ci devrait alors représenter 4 milliards d’euros sur le marché européen, soit 36 % des ventes.

Selon Forrester Research, « il s’agira en grande partie d’une permutation directe, particulièrement chez les jeunes consommateurs, et d’un changement dans leur façon de consommer de la musique qui s’orientera davantage sur les singles que sur les albums ».

Il y a quand même quelque chose qui chiffonne. A en croire les analystes, on se dirige tout droit vers une consommation de la musique de type restauration rapide : « pour moi, ça sera un menu Madonna, avec une grande frite Diam’s, un petit Coldplay, le tout pour 50 Cents ». Bref, les titres les plus téléchargés illégalement deviendront les plus achetés.

Et l’album dans tout ça ? Même s’il restera toujours des acharnés, on peut se demander si l’industrie du disque va continuer d’investir dans des albums si l’avenir ne se conjugue qu’aux singles. Et surtout aura-t-elle envie de mettre son fonds de catalogue à disposition ? Beaucoup d’internautes n’attendent que ça : avoir accès facilement à ce qui n’est plus en vente, aux raretés, aux enregistrements oubliés…

Le P2P a déjà permis de retrouver quelques-unes de ces raretés. Mais il reste de vrais bijoux dans les tiroirs des maisons de disques. Des mines d’or pour les accrocs de musique. Pas forcément pour une industrie en pleine reconstruction.

David Carzon

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu